11 NOVEMBRE 2014 - 1ère intervention du Docteur Marie-Claude Lénès

LE TRAUMA PSYCHIQUE

Une entité intemporelle et transculturelle

Depuis l’antiquité, les chercheurs confrontés aux chocs moraux dans les guerres et les catastrophes en ont étudié les conséquences psychiques sous diverses appellations : névrose de guerre, névrose traumatique, état de stress post traumatique.

Au quotidien, cette question continue de solliciter l’intérêt des cliniciens.

Etudier l’impact de toute forme de violence chez l’individu en définissant clairement la notion de stress et la notion de trauma est un préalable incontournable. Si la réaction de stress utilise les réseaux de représentations, les réseaux cognitifs et donc les acquis culturels de l’individu, il en va tout autrement pour le trauma psychique.

Le trauma lui, est hors langage, hors réseaux cognitifs. Il provoque un blocage de l’appareil psychique et les éléments culturels sont inopérants. Le trauma psychique est indépendant de la culture et de la temporalité. Il nécessite un abord particulier : l’abord psycho-sensoriel.

 

-----------------

 

12 NOVEMBRE 2014 - 2e intervention du Docteur Marie-Claude Lénès

DE LA SURVIVANCE A LA VIE

Ou comment favoriser la résilience

Dans le trauma psychique, le percept sensoriel de l’événement s’incruste dans l’appareil psychique sous sa forme originale. La trace de l’événement demeure stockée sous la forme de matériel sensoriel brut, invariant, hors langage.

Cette trace sensorielle constitue un corps étranger interne qui n’a aucun rapport avec les représentations ou avec le refoulement. Elle est à l’origine du syndrome de répétition et constitue le socle des symptômes.

Les stratagèmes cognitifs ou la dissociation péri-traumatique, mis en place plus ou moins consciemment par le sujet pour éviter l’angoisse traumatique, rendent cette trace inaccessible.

La présentation de la prise en charge d’un enfant victime de traumatismes sexuels répétés va montrer comment l’entretien psycho-sensoriel permet de surprendre les défenses et d’accéder aux traces sensorielles pour les mettre en mots, les transformer en souvenir, et ce faisant, favoriser la résilience.